BLOG

Journée Internationale des Femmes 2020

09 Mar 2020 - Catégorie:
Journée Internationale des Femmes 2020

Comme nous le rappellent les organisateurs de la Journée Internationale des Femmes (JIF), chacun d’entre nous, sommes responsables de nos propres pensées et actions - toute la journée, tous les jours. Le thème de la Journée Internationale des Femmes pour2020 est « Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes » et, collectivement, chacun de nous peut contribuer à créer un monde égalitaire. Et dans de nombreux cas, le faire, est souvent synonyme de franchir de véritables montagnes.

Aujourd'hui, dans le monde, seul 30% des chercheurs - et seulement 35% des étudiants dans les domaines liés aux STIM (science, technologie, ingénierie et médecine) - sont des femmes, selon les Nations Unies.

Et pourtant, malgré les obstacles auxquels les femmes dans la science continuent à faire face, elles ont révolutionné notre monde, en menant des recherches pionnières et en forgeant l'innovation dans le monde entier. De Katherine Johnson, dont les calculs ont aidé à envoyer l'homme sur la lune, à Françoise Barré-Sinoussi, qui a découvert le VIH.

Pendant des siècles, les femmes ont apporté des contributions importantes dans le domaine des sciences.

À contre-courant et malgré les nombreux obstacles sur leur chemin, des femmes créatives et tenaces repoussent chaque jour les limites des connaissances scientifiques et recherchent des solutions à des défis mondiaux complexes comme les maladies et la lutte contre la pauvreté.

C’est pourquoi nous vous proposons cette semaine, à l’occasion de la Journée Mondial desFemmes 2020 de connaître et célébrer des femmes, bien trop peu célèbre à cause de leur condition de Femme et qui ont pourtant contribuées à changer notre monde.

Katherine Johnson, et l’homme marcha sur la lune grâce à une femme

Katherine Johnson est une mathématicienne dont les calculs ont été fondamentaux dans la course à l'espace, envoyant finalement le premier Américain en orbite. Le rôle historique de Katherine Johnson en tant que scientifique de la NASA est devenu encore plus connu ces dernières années grâce en partie au film « Les Figures de l’Ombre » de 2016, qui raconte l'histoire de Katherine Johnson et de ses collègues. L'année précédente, Johnson a reçu la Médaille présidentielle de la liberté par l'ancien président Barack Obama.

Elle a été la première femme afro-américaine à fréquenter son école d'études supérieures et a été l'une des rares femmes afro-américaines à travailler sur le programme spatial de la NASA.

Elle a été victime de discrimination en raison de sa race et de son sexe, mais aujourd'hui, à 101 ans, Johnson est une fervente partisane des femmes et des filles dans les métiers STIM. « Les femmes sont capables de faire tout ce que les hommes sont capables de faire », rappelle- t-elle.

Valentina Tereshkova, la première femme dans l'espace

La cosmonaute soviétique Valentina Tereshkova a été la première femme à voyager dans l'espace, en orbite autour de la Terre 48 fois en près de 3 jours. Bien qu'elle n'ait enregistré qu'un seul voyage, Valentina Tereshkova a toujours la prétention d'être la seule femme à voler dans l'espace en solo, et la plus jeune - à 26 ans !

Valentina Tereshkova est née le 6 mars 1937 à Bolshoye Maslennikovo, un village sur la Volga. Alors qu’elle été âgée de 20 ans, elle s'est intéressée au parachutisme et a fait son premier saut à l'âge de 22 ans. Peu de temps après elle commençait sa formation de parachutiste de compétition, une expertise qui a joué un rôle déterminant dans sa sélection en tant que cosmonaute en février 1961.

Au cours de sa formation, Tereshkova a effectué des vols en apesanteur, des tests d'isolement, des tests de centrifugation, la maîtrise de l'ingénierie des engins spatiaux, 120 sauts en parachute et une formation sur les chasseurs à réaction MiG-15UTI. À la fin de sa formation, elle était diplômée de la Zhukovsky Air Force Engineering Academy en tant qu'ingénieur cosmonaute avec distinction.

« Tout le monde », rappelle-t-elle, « Américains, Asiatiques, tous ceux qui l'ont vue disent la même chose, à quel point la Terre est incroyablement belle et combien il est important de s'en occuper. Notre planète souffre de l'activité humaine, des incendies, de la guerre; nous devons la préserver »

Marie Curie, l’Icône du monde scientifique

Marie Curie, la célèbre physicienne et chimiste, a été la première femme à recevoir le prix Nobel, en 1903, pour ses recherches monumentales sur la radioactivité, qui ont permis de découvrir le radium et le polonium. Elle a de nouveau gagné le prix Nobel en 1911 pour son enquête continue sur les propriétés des éléments, faisant d'elle la première personne (et la seule femme !) à remporter le prix deux fois.

Marie Curie n'était pas au courant des risques posés par ses recherches. Elle est finalement décédée d'une maladie liée aux radiations, mais ses découvertes continuent de sauver des vies aujourd'hui.

En nous encourageant tous à poursuivre nos passions avec curiosité et courage, Curie a déclarée : « Rien dans la vie n'est à craindre, mais seulement à comprendre. Il est maintenant temps de mieux comprendre, afin que nous ayons moins peur. »

Son histoire continue aujourd’hui d'inspirer les femmes et les jeunes filles dans le domaine des STIM aujourd'hui.

Segenet Kelemu, la reine des champs

Segenet Kelemu est un phytopathologiste moléculaire dont la recherche de pointe est dédiée à aider les petits agriculteurs du monde à cultiver plus de nourriture et à sortir de la pauvreté.

Kelemu a grandi dans une famille d'agriculteurs pauvres en Éthiopie et a été la première femme de sa région à obtenir un diplôme universitaire.

Après des années d'études et de travail à l'étranger, Segenet Kelemu est retournée dans son Afrique natale pour diriger une nouvelle génération de scientifiques, elle dira à cette occasion :

« Je pense que l'investissement dans l'agriculture africaine, l'investissement dans la recherche africaine est en fait un investissement pour l'humanité dans son ensemble ».

Kelemu a reçu le Prix L'Oréal-UNESCO pour les femmes et les sciences en 2014, a été nommée l'une des 100 femmes africaines les plus influentes par Forbes Africa et élue membre de l'Académie mondiale des sciences en 2015.

Femme pionnière et héroïne dans son domaine, Kelemu nous inspire tous à travailler avec détermination et dévouement pour les causes qui nous tiennent à cœur.

« Le moteur de ma vie est de faire une différence dans la vie des gens et d'améliorer l'agriculture en Afrique »,partage-t-elle.

Tu Youyou, quand la médecine traditionnelle rejoint la méthode scientifique

La chimiste pharmaceutique de 89 ans, Tu Youyou, a remporté le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2015 pour l'extraction d'un composé, appelé « artémisinine », qui peut être utilisé comme thérapie combinée dans la première ligne de défense contre le paludisme. Sa découverte a contribué à la survie et à l'amélioration des moyens de subsistance de millions de personnes.

La découverte de Tu Youyou remonte aux recherches du médecin dans les années 60 et 70, au milieu de la Révolution culturelle, lorsque les scientifiques étaient considérés comme contre- révolutionnaires et n'étaient pas autorisés à poursuivre leurs recherches. Cependant, Mao Zedong a permis à Tu d'enquêter sur un traitement contre le paludisme et a aidé à financer son travail, en raison du nombre élevé de décès que cette maladie causait dans le sud du pays. Tu Youyou dit devoir sa découverte grâce à un livre vieux de 1 300 ans qu'elle a trouvé sur l'île de Hainan, dans le sud de la Chine.

Basé sur la médecine traditionnelle chinoise, qui ont été conservées dans des livres à travers l'histoire, dans ce manuscrit vieux de plus de mille ans, il été souligné que l'armoise chinoise (artemisia annua) était considérée par les habitants de la région comme un bon remède contre la fièvre, symptôme possible du paludisme.

Ensuite, Tu Youyou, âgée de 39 ans seulement, a réussi à isoler la substance active de cette plante, l'artémisinine.

La découverte de Tu Youyou continue de sauver des vies chaque jour.

« Chaque scientifique rêve de faire quelque chose qui peut aider le monde », rappelle Tu Youyou.

Françoise Barré Sinoussi, une vie contre le VIH

Françoise Barré Sinoussi est une chercheuse française en virologie, lauréate de renommée internationale et prix Nobel de physiologie ou médecine 2008 pour sa co-découverte du virus VIH-1 en 1983. Depuis sa découverte, elle n'a cessé de défendre les personnes vivant avec le VIH.

Françoise Barré-Sinoussi a ouvert son propre laboratoire à l'Institut Pasteur en 1988. Elle et son équipe ont effectué d'énormes quantités de recherches sur le VIH et sa transmission. Entre autres choses, elle a découvert le rôle du système immunitaire inné de l'hôte dans le contrôle du VIH / SIDA et les facteurs qui influencent la transmission mère-enfant du virus.

Fille de parents modestes et qui a grandi dans la France d’après-guerre, Françoise Barré Sinoussi, concède que ce n'était pas une carrière facile parce que femme :

« Certaines personnes - des hommes, bien sûr - m'ont découragé, disant que ce n'était pas une bonne carrière pour les femmes. Cela m'a poussé encore plus à persévérer ».

Nous utilisons des cookies et d'autres outils d'analyse qui nous aident à comprendre comment vous utilisez notre site Web et à créer une expérience meilleure et plus adaptée pour nos utilisateurs. En sélectionnant "Accepter", vous acceptez notre utilisation des cookies. Obtenir plus d'informations.